« Pardon, pour aller à l’Hippodrome du Pont-de-Bois, s’il vous plaît ? »

par Philippe Barjaud


Le dimanche 22 avril 1883, de nombreux cochers de calèches et phaétons ont dû demander leur chemin, pour rejoindre l’Hippodrome du Pont-de-Bois…
Saperlipopette, mais que se passe-t-il donc à Capestang ce jour-là ?
Un mois plus tôt, le 28 mars, Monsieur le Maire, président du Conseil municipal, lui expose que…
« …le sieur Guillori, jockey de M. le Vicomte de Chefdebien, en résidence au château de Ramejan, demande à organiser pour le Dimanche 22 avril prochain, des courses de chevaux dans la commune de Capestang, au lieu-dit Pont-de-bois. »
A Capestang, on connaît le « Pont de pierre », bâti au 17ème siècle sur la route de Puisserguier et enjambant le Canal des Deux-Mers, le « Pont de Fer », toujours sur le Canal, qui menait à la Gare et à la route de Maureilhan, et puis le « Pont-de-bois ». Ce dernier, alors bâti en bois, permettait au chemin de Béziers, issu de la porte Saint-Martin, de franchir la rigole de l’Épanchoir. Actuellement, il se trouve entre les Buissonnets et l’École élémentaire.
Et l’Hippodrome ? En fait, il s’agit du terrain où se trouvent maintenant le stade et l’école élémentaire, faisant alors partie de la propriété du domaine Castres (1), et certainement en état de prairie. Plusieurs types de courses seront organisées, trot attelé et trot monté, course plate au galop et course de haies, tout un programme ! Le président poursuit son adresse aux conseillers :
« Le sieur Guillori, qui s’impose pour donner à cette fête tout l’éclat possible, des sacrifices très considérables, soit en créant divers prix, soit en faisant face aux frais de l’installation, demande que le Conseil municipal veuille bien les seconder, en créant un prix d’une valeur de 400 à 500 francs. »
Ainsi, ce seront des courses dotées : Prix des propriétaires, de la Société, de l’Hippodrome… et bien sûr, Prix du Conseil Municipal, et encore un Prix de la Ville de Capestang ! Invité à en délibérer, le Conseil,
« …considérant qu’il y a tout intérêt à ce que l’idée du sieur Guillori se réalise, l’affluence des étrangers ne pouvant être que profitable à la commune, décide la création d’un prix de 400 francs qui sera désigné sous le nom de Prix du Conseil municipal. »
Et pour satisfaire tout le monde, un Prix de consolation était attribué lors de la course du deuxième jour, le lundi 23 avril. C’est ainsi que pendant deux journées, Capestang a pu rivaliser avec les prestigieux champs de courses d’Auteuil et Longchamp… S’en souvient-on encore aujourd’hui ? Existerait-il quelque part, dans un grenier capestanais, une photo de l’événement ???
(1) Plus tard, le 9 avril 1942, le Conseil municipal projette d’acquérir ce terrain (lieu-dit Les Sagnes, parcelles K 665, 666, 671, 672), pour en faire un terrain d'éducation physique, à la place de l'ancien terrain de sports du Prat Mal (derrière la Gendarmerie).
Sources :
Archives départementales de l’Hérault, dépositaire des archives communales

Écrire commentaire

Commentaires: 0