Restitution 3D Collégiale St-Etienne

par Joël Roure et Frédéric Mazeran

La collégiale Saint-Etienne : une œuvre gothique remarquable inachevée, avec Frédéric Mazeran, architecte du service patrimoine au pôle culture pierres/vives du département de l’Hérault. Il travaille sur ce bâtiment depuis de nombreuses années et a collaboré à son étude avec l’architecte en chef des Monuments Historiques. Remarquable église gothique de la première moitié du XIVe siècle, la Collégiale a succédé à un premier édifice d’époque romane. Cette présentation est issue d’une nouvelle réflexion portant sur ce monument, à travers son examen archéologique du bâti, ses différentes transformations, et surtout la mise en évidence d’un chantier exemplaire et hors norme, resté à ce jour inachevé.

Les animations en 3D sont réalisées avec Joël Roure, professeur de dessin de conception 3D et membre de la RCPPM (Association internationale de Recherche sur les Charpentes et les Plafonds Peints Médiévaux).


Le château des Archevêques de Narbonne, à Capestang

Une vidéo de l'Office du tourisme "Du canal du midi au Saint-Chinian"...



La maison romane (12ème siècle), rue Émile Zola

A côté de la Collégiale et du Château, il reste très peu de traces de l’architecture médiévale civile, visibles à Capestang. Une bonne raison est qu’à travers les siècles, on a toujours démonté et reconstruit les bâtiments en réutilisant les pierres, pour raison de commodité ou de goût du jour. Le souci patrimonial de conservation de l’ancien n’a surgi qu’au cours du 19ème siècle, sous l’influence du romantisme.
La Maison romane est donc un exemple rare de construction du Moyen Âge. A l’origine, elle était plus vaste, occupant l’espace de la cour à sa droite. Malgré ses mutilations, sa façade présente un beau décor architectural, l’impressionnant arc « plein cintre » de la porte bâtarde (ainsi qualifiée car de dimension intermédiaire, entre portes piétonne et charretière), et le décor d’engrenage et la belle rosace autour de la baie géminée dont il ne reste qu’une moitié.
Au-dessus de l’arc, on peut lire une formule de bénédiction en latin, comprenant les mots « PAX DOMUI ET OMNIBUS », paix à la maison et à tous (ses habitants).
(explication d'après "Capestang, Histoire et inventaire d'un village héraultais")